Bachelier en droit

Le bachelier en droit est un collaborateur juridique responsable de l’organisation, de la tenue, de la présentation et du suivi de dossiers relatifs à l’application des lois, décrets et règlements dans le cadre de situations caractérisées par des problèmes juridiques standards rencontrés par les individus, les entreprises, les services publics et les associations.

  • Assurer de façon autonome la tenue, le suivi et l’aboutissement des dossiers relatifs à des problèmes juridiques standards qui lui sont confiés en conformité avec les règles de droit
  • Cibler les différentes questions juridiques soulevées et les analyser en corrélation avec les sources idoines du droit
  • Rechercher les informations pertinentes et présenter des solutions argumentées les mieux appropriées en droit mais aussi en opportunité
  • Situer son action dans le contexte des faits et des institutions socio-économiques et politiques mais aussi dans la compréhension du fonctionnement concret des entreprises et des organisations
  • Assurer l’interface entre différents interlocuteurs (personnes ou instances) dans les limites des mandats confiés – et si nécessaire, sous la supervision d’un juriste – pour contribuer à résoudre les problèmes posés avec méthode, y compris dans une langue étrangère
  • Rédiger et contrôler dans les limites des mandats confiés, tout document ou courrier (normalisé ou non) relatif aux opérations journalières de l’entreprise, de l’organisation ou de l’administration où il est affecté
  • Utiliser l’outil informatique au service d’une recherche documentaire approfondie et de la gestion
  • Gérer et enrichir un fond documentaire juridique
  • Développer et actualiser les connaissances nécessaires à l’exercice de sa profession
  • Rendre accessible l’exploitation des données juridiques pratiques dans un souci de vulgarisation responsable et dans le respect de la confidentialité des informations traitées
  • Petites, moyennes et grandes entreprises
  • Professions libérales: cabinet d’avocat(s), étude de notaire(s), étude d’huissier(s), …
  • Services publics: justice, police, finances ainsi que toute autre administration fédérale, fédérée ou décentralisée
  • Institutions internationales

Les cours :

Les cours de la section Baccalauréat en Droit sont regroupés par unités de formation qui constituent sa grille-horaire.
La section se compose d’un ensemble d’unités de formation réparties selon les groupes A, B, C sur une durée de 3 à 4 ans (en fonction de votre statut, de vos connaissances en langues,…)
Les unités de formation doivent impérativement être suivies dans un ordre chronologique fixé par l’organigramme.
La réussite de chacune des unités de formation donne lieu à la délivrance d’une attestation de réussite.
Toutes les attestations obtenues sont capitalisables pour donner droit à la présentation de l’épreuve intégrée.
La réussite de l’épreuve intégrée associée aux attestations de réussite confère le titre de Bachelier en Droit.

Bloc 1
Numéro d'UEIntitulésNombre de périodesNombre de crédits ECTS
1345

DROIT CONSTITUTIONNEL

403
1349

DROIT ECONOMIQUE

807
1346

DROIT CIVIL : LES PERSONNES

706
913

DROIT CIVIL : LES BIENS ET LES OBLIGATIONS

1109
1217

FAITS ET INSTITUTIONS ECONOMIQUES

605
1343

INTRODUCTION AU DROIT

605
1339

QUESTIONS DE SCIENCES HUMAINES

806
1277

BACHELIER : STAGE ORIENTE D’INSERTION SOCIOPROFESSIONNELLE

1203
1341

TECHNIQUES DE COMMUNICATION PROFESSIONNELLE APPLIQUEES AUX METIERS DU DROIT

807
Bloc 2
Bloc 3
Numéro d'UEIntitulésNombre de périodesNombre de crédits ECTS
1342

INTRODUCTION A LA COMPTABILITE

504
1357

DEONTOLOGIE DANS L’EXERCICE DES PROFESSIONS JURIDIQUES

202
1355

DROIT INTERNATIONAL ET EUROPEEN

706
1351

DROIT FISCAL ET FISCALITE

1209
1344

RAPPORTS ET CORRESPONDANCE JURIDIQUE

604
1190 ou 1189

ANGLAIS EN SITUATION APPLIQUEE A L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR – UE3

ou

NEERLANDAIS EN SITUATION APPLIQUE A L’ENS.SUP UF 3

807
1369

ACTIVITES PROFESSIONNELLES DE FORMATION : BACHELIER EN DROIT

1208
1370

EPREUVE INTEGREE DE LA SECTION : BACHELIER EN DROIT

12020
1347

DROIT DE L’ENVIRONNEMENT, DE L’URBANISME ET DE L’AMENAGEMENT DU TERRITOIRE

403
1348

DROIT DES TECHNOLOGIES NUMERIQUES ET DE L’INFORMATION

403
1359 ou 1358

ANGLAIS : NOTIONS DE TERMINOLOGIE JURIDIQUE

ou

NEERLANDAIS : NOTIONS DE TERMINOLOGIE JURIDIQUE

402
1364

DROIT DE LA JEUNESSE

363
1365

DROIT DES ETRANGERS

363

Le bachelier en droit est un collaborateur juridique responsable de l’organisation, de la tenue, de la présentation et du suivi de dossiers relatifs à l’application des lois, décrets et règlements dans le cadre de situations caractérisées par des problèmes juridiques standards rencontrés par les individus, les entreprises, les services publics et les associations.

Sa responsabilité s’exerce dans le respect des règles déontologiques des professions juridiques et des mandats qui lui sont données.
Le bachelier en droit recherche, rassemble, coordonne et vérifie les données les plus actuelles et les plus adaptés pour les dossiers dont il a la charge, dans le respect des sources du droit, de leur hiérarchie et de leurs procédures. Il est amené à analyser diverses situations relevant d’une même problématique, d’en établir une synthèse et de formuler éventuellement des propositions d’information, d’amélioration, de prévention et, le cas échéant, de solutions ad hoc.
Il est membre ou interlocuteur du service juridique interne ou des services juridiques externes auxquels l’entreprise ou l’organisation fait appel. Il leur apporte les éléments constitutifs de la gestion des dossiers qui lui sont confiés et en assure le suivi courant. Pour ce faire, il consulte, si nécessaire et dans les limites de son mandat, non seulement les lois, décrets et directives – belges, européennes et internationales – mais aussi la doctrine et la jurisprudence. Il établit régulièrement et présente sous forme normalisée ou non les documents et toutes les informations juridiques et/ou administratives demandées par la Direction.
Soucieux du cadre professionnel dans lequel s’inscrit son action, il contribue à l’amélioration de l’organisation, de l’efficacité et de la rentabilité de l’organisme qui l’emploie.
Il est aussi appelé à exercer des responsabilités et des activités d’ordre administratif, fiscal et social. Dans cette optique, il développe des qualités de communicateur efficace.

Alexandra DRUITTE

J’ai choisi de me tourner vers l’enseignement car je suis convaincue que les échanges entre le professeur et les étudiants sont une extrême richesse : j’apprends de mes échanges avec les étudiants autant que je leur enseigne !

Juriste de formation et avocate au Barreau de Mons depuis 2013, je me suis tournée vers l’enseignement dès octobre 2017.
Ce sont l’envie d’échanger, de former, de transmettre et de partager le savoir que j’ai eu la chance d’acquérir dans mon cursus universitaire et dans ma pratique professionnelle qui ont déterminé mon choix de me tourner vers l’enseignement de promotion sociale.
Dans le cadre d’un bachelier exigeant, où la motivation des étudiants m’impressionne d’année en année, je dispense les cours de droits des biens et obligations, droit administratif et droit international privé ainsi que le cours de droits administratif, judiciaire et pénal appliqués à l’immobilier.
Mon objectif ?
Comme mes collègues, donner aux étudiants une vision pratique et concrète du droit, qui est une matière vivante, évoluant presque au jour le jour, afin de leur permettre, dans leur carrière actuelle ou future, de disposer des outils qui leur permettront de mener une réflexion juridique efficace et pertinente.

Catherine ROMAN

On dit souvent que « ce sont les enfants qui font les parents ». Mais je dirai aussi, en ce qui me concerne, que ce sont les étudiants que j’ai la chance d’accompagner qui me font enseignante.

Après une brève carrière comme juriste dans un service juridique, j’ai atterri par hasard dans l’enseignement de promotion sociale que je n’ai plus quitté…

Enseigner le droit est passionnant car c’est une matière qui bouge tout le temps, ce qui constitue un vrai défi de chaque jour ! Enseigner le droit en promotion sociale à des adultes motivés qui m’apportent autant que, je l’espère, je leur apporte,

est très stimulant et donne la pêche en entrant en classe !

N’hésitez pas à venir rejoindre la grande « famille » de l’IRAM !

Deborah FRIES

Il est essentiel d’outiller avec bienveillance et rigueur les étudiants afin de construire leur avenir professionnel.

Après quelques années à exercer en qualité d’avocat, j’ai voulu y adjoindre une autre qualité, celle d’enseignante. La combinaison de ces deux métiers est extrêmement enrichissante.

C’est un plaisir de transmettre aux étudiants les connaissances juridiques spécifiques dans les matières qui me tiennent particulièrement à cœur comme notamment le droit de la famille et la déontologie des professions juridiques.

Je reste motivée et convaincue quant à la nécessiter de défendre des valeurs telles que l’équité, la droiture, l’humanité et l’empathie aussi à travers cette transmission de la connaissance en dispensant des cours à l’IramPS.

Dominique HOLBRECHTS

Le partage des connaissances est la richesse de l’enseignement de Promotion Sociale : apprendre aux autres mais aussi apprendre des autres

Ingénieur commercial de formation, j’ai travaillé dans le privé dans divers domaines en tant que salariée et puis en tant qu’indépendante complémentaire.

Très vite, l’opportunité s’est présentée à moi d’enseigner en parallèle en Promotion Sociale.

Quelle richesse de pouvoir partager mes connaissances, mon expérience auprès d’étudiants intéressés mais aussi tellement intéressants !

Aujourd’hui, les séminaires auxquels j’assiste dans les différentes branches de la comptabilité me permettent d’enseigner tout en continuant à apprendre. Ces séminaires sont des lieux d’échange très bénéfiques tant au niveau professionnel qu’au niveau humain.

Elie Rakofsky

Rencontrer des gens qui ont vécu, qui vivent et qui vivront, d’ici, d’ailleurs, de toutes les générations, et apprendre l’un de l’autre ; la promotion sociale offre des occasions uniques.

Traducteur de formation, mon entrée dans l’enseignement s’est un peu faite par hasard, sans penser y rester sur le long terme. Et pourtant, le hasard a bien fait les choses, et je me suis retrouvé à apprécier enseigner et échanger avec les étudiants bien plus que prévu. Le public de promotion sociale est particulièrement divers et intéressant.

J’en ai même fini par trouver une véritable passion pour l’enseignement, une passion que j’espère pouvoir partager.

Quant à l’Iram en elle-même, on ne pourrait pas rêver meilleure école où commencer sa carrière. Personnel accueillant, chaleureux et professionnel, collègues motivés et compétents, et café gratuit dans la salle des profs !

Laurence DEBLOCQ

« Entre le fort et la faible, entre le riche et le pauvre, entre le maître et le serviteur, c’est la liberté qui opprime, et la loi qui affranchit ». Henri Lacordaire (1802-1861).

Licenciée en droit de l’UCLouvain et agrégée de l’enseignement secondaire et supérieur, mon but a toujours été et reste l’enseignement.

J’ai à cœur de m’adresser aux étudiants de promotion sociale, des adultes. L’objectif n’est pas de tout connaître en droit mais bien d’arriver à être autonome en droit, afin d’être opérationnel dans le monde professionnel, toujours en mouvement.

Marie-Eve VANDOORNE

Enseigner une langue au sein d’un public aussi diversifié que celui de l’IRAM est un privilège qui transforme l’enseignement en un échange et un apprentissage finalement réciproque et extrêmement enrichissant.

À l’époque où je me suis lancée dans les études de langues, je répétais sans cesse que je ne voulais pas devenir prof, mais bien apprendre les langues afin de pouvoir m’en servir.
Mon master en langues germaniques en poche, je ne savais toujours pas vers quoi me tourner. J’ai donc décidé de poursuivre les études en entamant un master en criminologie qui m’a, par ailleurs, énormément appris sur l’être humain. C’est d’ailleurs la réalisation de mon mémoire (sur le dessaisissement du tribunal de la jeunesse) qui m’a fait prendre conscience de l’importance de l’école dans la vie.
J’ai alors tenté ma chance en tant que prof via candidatures spontanées et n’ai plus quitté ce monde depuis maintenant 7 ans. J’y ai très rapidement pris goût et suis finalement très épanouie dans ce domaine.
J’enseigne, mais j’apprends également tous les jours et je trouve cela très stimulant.
Ma vie est bien remplie avec, à côté de l’enseignement, la musique, le chant plus précisément au sein de différents groupes de cover ainsi qu’un petit bout d’un peu plus de 2 ans maintenant J

Vous trouverez d’avantage d’informations concernant les métiers liés au bachelier en droit via ces liens :

Professeurs

GERARD Corinne

« La vie, c’est comme une bicyclette, il faut avancer pour ne pas perdre l’équilibre »… Si je peux être celle qui vous pousse dans les montées

Giles DUPUIS

La richesse des profils et des parcours des étudiants de l’IRAM, et leur motivation à mener à bien leur projet professionnel, inspirent respect et humilité

Deborah FRIES

Il est essentiel d’outiller avec bienveillance et rigueur les étudiants afin de construire leur avenir professionnel.

DEROY Mélanie

DEROY Mélanie a un parcours scolaire classique avec à la clé un diplôme d’institutrice primaire. Elle se rend vite compte qu’elle n’a pas envie d’exercer ce métier-là et décide de s’orienter vers la formation Bibliothécaire Documentaliste. Elle obtiendra son baccalauréat en 2009.
La lauréate travaillait dans l’enseignement tout en suivant les cours du soir. Elle a été repérée lors d’un entretien pour une place de bibliothécaire à Erquelinnes mais n’a finalement pas obtenu le poste. En 2008, la bibliothèque d’Ham-sur-Heures-Nalinnes la contacte et lui propose un mi-temps, elle obtiendra plus tard dans la même année un temps-plein tout en ayant la possibilité de terminer ses études de bibliothécaire-documentaliste. Voilà 7 ans que notre ancienne étudiante travaille dans ce réseau.
Son choix s’est porté tout naturellement sur l’IRAM Promotion Sociale car elle cherchait une formation pour devenir bibliothécaire en cours du soir et proche de son domicile à Mons.
Son parcours scolaire a connu des hauts et des bas car il ne fût pas toujours facile de concilier sa vie professionnelle (surtout à temps-plein) et ses études.
Cependant, elle souligne de très bonnes rencontres avec des enseignants qui motivaient leurs élèves au maximum. Pour en citer quelques-uns, Mme GOBEAU, Mlle LIETARD, Mme MOINS… qu’elle remercie beaucoup ! DEROY Mélanie estime avoir suivi une formation de qualité dont elle n’a pas eu à rougir une fois arrivée sur le terrain.
Actuellement, elle se sent bien dans la bibliothèque où elle travaille car cela correspond à ses envies et à son tempérament : bibliothèque dynamique et au service de ses lecteurs. Il y a beaucoup d’interactivité avec ceux-ci et d’animations…
Son souhait ? Pouvoir y travailler encore très longtemps !!!
Selon notre lauréate, la qualité de notre formation tient essentiellement sur la qualité de l’enseignement qui est prodigué par nos enseignants. Il est intéressant que ceux-ci aient une expérience sur le terrain pour pouvoir la transmettre aux étudiants